Le Mesland d’antan…

Galerie-photos

Histoire

Le village et son site

le-village-de-mesland


Les premières habitations de Mesland ont été bâties sur un promontoire, ancien site gallo-romain, qui surplombe la vallée de la Petite Cisse (également dénommée le Chéramant). C’est lorsqu’on arrive par Onzain depuis la D43 que le visiteur comprend pourquoi les premiers foyers s’y sont installés : c’est un parfait lieu de vigie. Le prieuré et l’église romane, construite à l’aplomb de ce versant Nord par les moines de l’Abbaye de Marmoutiers, en sont le vivant témoignage. Au XIe siècle, le défrichage, par les moines de l’Abbaye, de la forêt de Blémars qui formait une frontière naturelle entre Touraine et Blésois, marque le début de l’histoire de Mesland et de plusieurs communes alentour. Du latin Fons Merlandi (Fontaine Mesland), le site de Mesland se prête à l’installation d’un prieuré du fait de nombreuses sources (plus de trente jaillissent dans la campagne contribuant à donner aux Meslandais une réputation de sorciers !), dont celle de la Petite Cisse (1 km au Nord-Ouest du village actuel, au lieu-dit Les Perrets) qui ont alimenté une abondante fontaine située sur l’emplacement de l’actuel lavoir. Deux châteaux, non ouverts au public, sont nichés dans les bois : le Bois Guillot et la Touche. Signalons aussi une remarquable ferme du XVIIe siècle au toit en forme de vaisseau retourné, la Perdrière, et l’ancien moulin de Mesland, encore équipé de son bief. De nombreuses maisons anciennes donnent au village son cachet.


Le blason de Mesland

Il a été créé en 1997 par Jacques RIBY, artiste meslandais.



blason




Parti d’azur et d’or, à une fontaine pentagonale jaillissante de six jets, trois à dextre et trois à senestre l’un sur l’autre, d’argent sur l’azur et de sinople sur l’or.


DEVISE : Fons, vitae aqua – « Fontaine, eau de vie »



Un peu d’histoire…

La situation exceptionnelle de Mesland, sa vallée fertile, ses admirables fontaines plurent aux cohortes romaines qui s’y installèrent.. Le nom de Fons Merlandi apparaît dans une charte de 1032. Puis, dans les registres de l’état-civil, tenus par Messieurs les Curés, du XVIe au XVIIIe siècle, Mesland s’appelait Mesland-la-Fontaine, appellation bien naturelle et parfaitement comprise car, à cette époque, la fontaine de Mesland était une source précieuse dans les temps de sécheresse, non seulement pour le bourg, mais encore pour beaucoup de hameaux plus ou moins éloignés.

(extrait de la revue Patrimoine dans votre commune n° 14- sept 1997, édité par le Comité Départemental du Patrimoine et de l’Archéologie en Loir-et-Cher)

Patrimoine local

L’église

leglise-de-mesland


Les moines de Marmoutiers se sont installés à Mesland vers 1048. Ils y construisirent une première église puis, après 1060, celle que nous connaissons. Un clocher massif domine le bâtiment et tout l’effort de décoration a été apporté au portail roman, célèbre pour les vingt-sept barbus sculptés sur ses claveaux et les griffons des colonnes, d’inspiration orientale. L’ensemble matérialise le passage de la mort à la résurrection.

le-portail-roman



vierge-a-lenfant Dans un piètre état après la Révolution, l’église fut restaurée en 1813 et entièrement remodelée intérieurement en 1859 dans le style du XIXème siècle.

On peut y voir une admirable Vierge à l’enfant du XVIème, en marbre blanc, attribuée à l’atelier de Michel Colombe,



statue-en-bois-polychrome un crucifix en bois du XVème et une statue en bois polychrome de la Vierge assise tenant l’Enfant sur ses genoux, que l’on peut dater du XIIIème siècle.

Cette statuaire nous rappelle que l’église est dédiée à Notre-Dame.

L’ancien cimetière qui s’étendait alentour est devenu une agréable place, ombragée par de gros marronniers.
 

details-du-portail-roman

 


La Perdrière

la-perdriere-1

Trois entrepreneurs flamands, les deux frères de Comans et François de la Planche, furent recrutés dès 1595 par Sully pour créer une manufacture de tapisserie à Paris. Un privilège d’exclusivité de 25 ans fut accordé par Henri IV en 1607, avec une aide de 100 000 livres tournois. Les ateliers avaient été transférés en 1603 dans les bâtiments de la teinturerie de la famille Gobelin, et en 1661 Louis XIV rattacha la manufacture à l’Etat sous le nom de « Manufacture des Gobelins« .

Les frères Comans s’associèrent aussi pour l’assèchement des marais de Saintonge, à Tonay-Charente, où ils se constituèrent plusieurs domaines. Ils firent venir des colonies d’ouvriers flamands spécialistes de l’assèchement et des travaux hydrauliques ; ils travaillèrent notamment à Brest, Rochefort, La Rochelle et Marseille. Ces équipes furent aussi employées à la restauration des levées le long de la Loire, à la régulation de la vallée de la Cisse et à l’assainissement des marais entre Blois et Amboise. la-perdriere-2 C’est à cette occasion que le fils de l’un deux, Thomas de Comans, seigneur d’Astry, épousa Jeanne Anne Forget, une des deux héritières du château de l’Esbat à Monteaux. D’après la tradition orale, il acheva pour sa femme et sa belle-soeur la construction du château et fit reconstruire par ses maîtres charpentiers de marine les bâtiments de la ferme de la Perdrière appartenant à la famille Forget. La forme de la charpente, en coque de navire retournée, rappelle l’origine de ces charpentiers hollandais.
 

la-perdriere-3

Suffisamment riche, Thomas de Comans renonça à ses droits à Monteaux, ce qui explique que la Perdrière soit restée attachée au château de l’Esbat, propriété de la famille Crouy-Chanel.

Pour les bâtiments de France, cette extraordinaire charpente serait l’oeuvre de Philibert Delorme, architecte de la seconde Renaissance.

(extrait de l’article rédigé par Michel de Maurin pour le bulletin municipal 2004 et intitulé : « La Perdrière – Bâtiments construits en 1630/1635 ? »)

Gîtes, chambres d’hôtes, hébergement insolite

Gîtes

  • M. DE GALLIFET

    3, Rue de la Poste, Site de réservation Gîtes de France Tel : 02 54 58 81 64
    En savoir plus…
     

  • Gilles et Bracia TEJEDOR, gîte La Tourangelle

    4, Route de Seillac Tel : 06 26 58 47 83
    Découvrez le site…
     

  • Eric DELOBEL, gîtes du Domaine de l’Etang

    L’étang, 4 gîtes de France Tel : 02 54 70 26 29
    En savoir plus…
     


Chambres d’hôtes

  • Franck DENIAU et Catherine DIGARD, « Domaine du Prieuré »,

2 chambres d’hôtes 5, Chemin du Prieuré Tel : 06 13 10 29 05
Découvrez le site…
 

  • Fabrice PERNET et Valérie ADHEMARD, « D’une autre nature »

    26, Route de Touraine Tel : 02 54 43 19 27 / 06 28 25 56 43
    [Découvrez le site…->www.duneautrenature.fr]
     

  • Le Clos SAINTE-MARIE 1, Rue du Moulin Tel : 02 54 70 29 53
    [Découvrez le site…->www.le-clos-saintemarie.com]
     

Location saisonnière

  • Patricia REJOUY (contact : patricia.rejouy@sfr.fr)

    - Consultez l’annonce :

location-un-r-de-malice


Hébergement insolite et gîtes sur la Loire

  • Richard GASNIER, Cap Loire

    8, Route de Touraine Tel : 06 85 57 83 91
    [Découvrez le site…->www.caploire.com]

Chemins de randonnée

Découvrez nos chemins de randonnée  :


chemins-de-randonnee



Depuis le mois de mai 2014, vous pouvez profiter de trois circuits nouvellement jalonnés pour découvrir les richesses du patrimoine meslandais.

Ces trois circuits situés au nord-ouest de la commune se rejoignent pour traverser le centre-bourg avec, en point d’orgue, l’Eglise Notre Dame dont le portail du XIIème siècle est classé aux monuments historiques depuis 1946. Ils descendent ensuite sur la Petite Cisse pour longer la commune voisine de Monteaux.

Chacun de ces trois circuits prend par la suite un chemin différent pour naviguer dans les paysages qu’offre notre terroir de Gâtine tourangelle.